Séminaire: «Le développement des anciens et nouveaux médias au prisme de la notion de bien commun»

Vendredi 23 novembre 2012 - Débute à 09:30

Contact
Nayla Naoufal
Site Web

Lieu
J-1060
405, rue Sainte-Catherine Est
Montréal, QC Canada
H2L 2C4

514 987-3000
Site Web | Itinéraire et carte

Retrouvez également cet événement sur


Consulté 2490 fois

Le centre de recherche GRICIS organise à l'UQAM pour l'année académique 2012-2013 une série de séminaires portant sur la thématique «Systèmes de communication et démocratie: études de cas, analyses et réflexions». La participation au séminaire est ouverte à toutes et à tous.

Première intervention : Le service public télévisuel face au défi de l’accessibilité et des biens communs

Aimé-Jules Bizimana, professeur, Département de travail social et de sciences sociales, Université du Québec en Outaouais

Gaëtan Tremblay, professeur, École des médias, Université du Québec à Montréal

Oumar Kane, professeur, Département de communication sociale et publique, UQAM

À partir des années 80, au moment même où s’affirmaient la remise en cause du service public et les opérations de privatisation et de déréglementation, naissait un nouveau mouvement d’étude et de défense des biens et services collectifs, le mouvement des commons, qui s'est d'abord intéressé aux commons matériels, qualifiés de traditionnels, tels que la forêt, l'eau, les ressources halieutiques, etc. Avec l'expansion des réseaux numériques, et au premier chef de l'Internet, la problématique s'est étendue à la connaissance, à la culture et à l'information (knowledge commons). Dans le cadre de notre intervention, nous analyserons les impacts de ce processus sur la mission des radiodiffuseurs publics, en prenant appui sur des entretiens préliminaires effectués auprès de responsables de France Télévision et de producteurs indépendants français. Notre intervention sera structurée autour des trois questionnements suivants:

1. Les discours promoteurs de la créativité et de l'accessibilité;
2. Les stratégies de gestion de la créativité interne et externe des radiodiffuseurs publics;
3. La conciliation opérée par les radiodiffuseurs publics entre les exigences de la propriété intellectuelle et celles de l’accessibilité aux biens communs immatériels

Deuxième intervention: La nouvelle phase de la saga de la gouvernance de l'Internet: la neutralité du Net et le bien public

Daniel Paré, professeur, Département de Communication, Université d'Ottawa

Depuis le début des années 1990, l'administration et la coordination de l'Internet ont été l'objet de questionnements importants, notamment pour ce qui est de l'identification de l'autorité compétente en cette matière. Vers la fin des années 1990 et au début des années 2000, il a surtout été question de l'ICANN, l'entité créée pour coordonner l'attribution des noms de domaine sur l'Internet. Pendant cette période, les contestations ont surtout eu trait à l'immixtion de considérations politiques dans la gestion technique de l'Internet. Dernièrement, la controverse a concerné la neutralité du Net, un principe fondateur de l'interconnexion des réseaux informatiques. Selon ce principe, tous les nœuds du réseau sont égaux et le réseau lui-même est neutre à l'égard de l'information transmise. La neutralité du Net est devenue une préoccupation majeure en matière de gouvernance de l'Internet à la fois pour l'industrie des télécommunications et pour les pouvoirs publics. La manière dont cette question sera résolue aura des répercussions significatives pour l'intérêt public en ce qui concerne les flux d'information, les droits relatifs à la vie privée et la nature participative de l'utilisation de l'Internet. Notre intervention sera axée sur ces questions et portera sur les relations entre la gouvernance de l'Internet, la neutralité du Net et l'intérêt public.

Les séminaires suivants auront lieu à 9h30 les vendredis 18 janvier, 15 février, 15 mars et 19 avril.