Théâtre: «Les Envahisseurs»

Samedi 9 mars 2013 - Débute à 20:00

Autres dates
Jeudi 28 février 2013
Vendredi 1er mars 2013
Samedi 2 mars 2013
Samedi 2 mars 2013
Mardi 5 mars 2013
Toutes les dates

Prix
Billets en vente à la billetterie de l'UQAM, au coût: prix régulier 10$, étudiants 5$
Lieu
Studio d'essai Claude-Gauvreau (J-2020)
405, rue Sainte-Catherine Est
Salle J-M400
Montréal, QC Canada
H2L 2C4

Itinéraire et carte


Consulté 4297 fois
(toutes dates)
Théâtre: «Les Envahisseurs»

Tout commence dans la demeure d’un Lucas Meyer riche et quasi divin : Libre, Éternel, Inviolable, ainsi que le sacre sa très chère femme – avant de le supplier de ne pas la laisser dormir seule ce soir-là, saisie d’une peur viscérale. Cette inquiétude, c’est la première fissure au carreau de la fenêtre.

Ce même soir, un à un, les condamnés de l’errance vivant de l’autre bord du fleuve traversent du côté des bien nantis pour réclamer leur droit à l’humanité. La maison des Meyer se fait le théâtre de l’infiltration par les Envahisseurs, ces derniers transgressant toutes frontières, physiques comme morales. La conscience de Lucas Meyer tremble au passage. Des pans entiers s’en détachent et pendent bientôt comme des choses inertes : la parole, vidée de son pouvoir ; l’argent, dénué de toute valeur ; les biens richissimes, transformés en ressource primaire. L’envers du succès de Lucas se révèle peu à peu, alors que dans le fleuve, apparaissent, flottantes, les têtes coupées de quelques riches voisins.

Écrite en 1963, cette pièce est considérée comme l’un des chefs d’œuvre de la dramaturgie chilienne. Force est de constater que ses veines sont porteuses du pouls de l’époque, en tout ce que ces années ont pu comprendre de désordre politique. Le peuple, dépossédé depuis longtemps de la plupart de ses terres par une riche élite blanche oligarque, en a assez : la lutte des classes s’intensifie. C’est dans le contexte de cette marée montante qu’Egon Wolff crée Les Envahisseurs.

Quasi prémonitoire, la pièce fait étrangement écho à la montée du socialisme dans les années 1970. Ainsi chargée de son intelligence temporelle et historique toute particulière, elle parvient jusqu’à nous aujourd’hui, encore terriblement actuelle. C’est avec plaisir que nous vous convions en son étrange promontoire, dressé tel qu’il l’est à la pointe de l’Histoire, au confluent des insurrections et, mystérieusement, à la fois en leur amont et en leur aval…